Logo
Dentiste – Com­pé­ten­ce, minu­tie, inté­gri­té et éthi­que

Dentiste – Com­pé­ten­ce, minu­tie, inté­gri­té et éthi­que

dv1617007L’Ordre des den­tis­tes du Québec regrou­pe plus de 4800 den­tis­tes. Sa mis­sion est d’assu­rer la qua­li­té des ser­vi­ces en méde­ci­ne den­tai­re par le res­pect de nor­mes éle­vées de pra­ti­que et d’éthi­que et de pro­mou­voir la santé buc­co­den­tai­re auprès de la popu­la­tion du Québec. Le Code de déon­­to­lo­gie des den­tis­tes ren­fer­me les prin­ci­pes moraux inhé­rents à l’exer­ci­ce de la pro­fes­sion. Il vise à for­mu­ler les règles de con­dui­te du den­­tis­te dans ses rap­ports avec ses patients, prin­ci­pa­le­ment, mais aussi avec le public en géné­ral et les autres den­tis­tes.

Le lien de con­fian­ce entre le patient et le den­tis­te étant essen­tiel, ce code d’éthi­que sert à pré­ci­ser les prin­ci­pes qui défi­nis­sent le pro­fes­sion­na­lis­me.

Le den­tis­te doit infor­mer son patient des hono­rai­res qui seront récla­més pour ses ser­vi­ces, et ce, avant d’entre­pren­dre son plan de trai­te­ment. Il doit lui four­nir tou­tes les expli­ca­tions néces­sai­res à sa bonne com­pré­hen­sion. Le den­tis­te est tenu par ailleurs à la plus gran­de con­fi­den­tia­li­té quant aux ren­sei­gne­ments aux­quels il a accès dans le cadre de son tra­vail. Il doit donc, dans ses rap­ports pro­fes­sion­nels, faire preu­ve de res­pect et de trans­pa­ren­ce, et agir cons­tam­ment dans le meilleur inté­rêt de son patient.

Voici quel­ques prin­ci­pes à la base du code de déon­to­lo­gie des den­tis­tes :
• Le den­tis­te doit être com­pé­tent : non seu­le­ment doit-il avoir une soli­de for­ma­tion de base, mais il doit cons­tam­ment met­tre à jour ses con­nais­san­ces. Il doit pra­ti­quer selon les nor­mes recon­nues et doit pou­voir of­frir tou­tes les options de trai­te­ment à ses patients en fonc­tion de leurs be­soins. Autrement, il doit recom­man­der son patient à un autre den­tis­te. En outre, il ne doit entre­te­nir aucu­ne ambi­guï­té quant à sa com­pé­ten­ce.

• Le den­tis­te doit être minu­tieux : pour don­ner une opi­nion juste et bien con­seiller son patient, il doit pro­cé­der à des exa­mens et for­mu­ler le dia­gnos­tic le plus pré­cis pos­si­ble. Il doit four­nir une infor­ma­tion com­­plè­te au patient de façon à ce que ce der­nier puis­se pren­dre, en toute con­nais­san­ce de cau­se, les déci­sions qui le con­cer­nent. Il doit aussi infor­mer son patient de tout pro­blè­me qu’il aura cons­ta­té lors de l’exa­men et de tout inci­dent sur­ve­nu en cours de trai­te­ment.

• Le den­tis­te doit être intè­gre : il ne doit offrir et effec­tuer des trai­te­ments que s’ils sont requis ou jus­ti­fiés. Il doit infor­mer son patient tant des ris­ques que des résul­tats escomp­tés, et refu­ser de pro­cé­der à des actes qu’il esti­me être con­trai­res à l’inté­rêt de ce der­nier.

* Il est à noter que ce texte se veut un court résu­mé du code de déon­to­lo­gie des den­tis­tes du Québec. Pour en savoir plus sur le sujet ou pour con­sul­ter le code dans son inté­gra­li­té, visi­tez le www.odq.qc.ca.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*