Logo
Portrait Affaires – Richard Bourbonnais – Polymos

Portrait Affaires – Richard Bourbonnais – Polymos

« Le succès passe par une vision plus humaniste – Richard Bourbonnais, président de Polymos

Richard Bourbonnais

Jeune, Richard Bourbonnais se destinait vers l’ingénierie. Il a d’ailleurs fait ses études en génie mécanique à l’École Polytechnique de Montréal pendant que son père Marcel dirigeait l’entreprise Polymos qu’il avait fondée en 1967. Richard Bourbonnais étudiait le jour, et, le soir, il aidait son père à bâtir l’entreprise (au sens propre et figuré) spécialisée dans le styromousse.

Même s’il se décrit plus comme un innovateur, un concepteur, est arrivé un moment où il a dû se retrousser les manches. Au début des années 1970, l’entreprise connaît des difficultés. Richard Bourbonnais décide de se joindre à l’entreprise en 1973 de façon permanente, après un passage chez Pratt and Whitney (il y travaillait le jour et faisait des moules chez Polymos le soir). Sa formation d’ingénieur aidant, il s’est donné comme défi de relever l’entreprise.
Au bout de cinq ans, Richard Bourbonnais avait réussi à sortir l’entreprise du pétrin. « À une certaine époque, on fonctionnait 24 heures par jour », se rappelle-t-il. Les premières années, c’est toujours difficile et comme mon père était plus du type créatif que gestionnaire, il a négligé certaines choses », explique Richard Bourbonnais. Aux premiers jours de l’entreprise, il se souvient qu’il fallait tout faire, tout inventer, concevoir ses propres machines, lesquelles, bien sûr, n’ont cessé de s’améliorer au fil du temps.

Évoluer

Le défi suivant était celui de la croissance. Changements au niveau de la méthode de gestion, modernisation de la machinerie et diversification des produits, entrecoupés de quelques crises au passage, caractérisent le développement de Polymos au fil des 48 dernières années.
Des clients majeurs comme Electrolux et des innovations comme les boîtes à fleurs ont nettement contribué à la croissance de l’entreprise, mais encore fallait-il innover et convaincre des entreprises. « Le marketing est ma faiblesse, comme la plupart des entreprises au Québec, je crois. Mais on l’a fait et on a réussi parce que notre approche était la bonne soit de miser sur la qualité et le service. Moi, qui ne suis pas vendeur, je me passionne plutôt pour le développement de produits et le fait de servir les gens. »
Si au début, il fallait relever des défis mécaniques et techniques, aujourd’hui, on parle plus de défis de gestion. « Nous avons dû repenser plusieurs fois notre modèle de gestion, c’est sûr », fait remarquer Richard Bourbonnais qui ne s’est jamais considéré comme un homme d’affaires.

Approche humaine

De 4 employés qui composaient l’entreprise au début, Richard Bourbonnais est fier de parler maintenant d’une équipe de 200 employés. « Faire de l’argent n’a jamais été mon objectif premier. L’idée était de bâtir quelque chose avec des gens, créer des emplois. Ici, c’est une belle équipe et la confiance a toujours été présente. Les gens sont heureux ici. On privilégie toujours le bonheur au travail. Notre important taux de rétention en fait foi », de dire Richard Bourbonnais.
Et Richard Bourbonnais est heureux de pouvoir compter sur son fils Charles pour prendre la relève. L’entreprise est entre bonnes mains. « Aujourd’hui, je ne suis qu’un conseiller auprès de Charles, qui est aidé de Louis-Germain Méthot à la vice-présidence. Ils n’ont plus vraiment besoin de moi. »
Comme son père l’a fait avant lui, Charles sert bien sa clientèle et dépasse même les attentes de ceux qui font confiance à Polymos.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*